Meat me in the bathroom

L’armée est un métier de viandards. En reproduisant des équipements militaires à base de viandes fraîches, Dimitri Tsykalov le rappelle sans équivoque: la guerre c’est cru et saignant. Je n’ose imaginer pareille transposition pendant la deuxième guerre mondiale. Oserai-je le parallèle? Allez oui, j’ose: nul doute que dans l’Allemagne nazie, les équipements auraient été au moins cuits, vu la concentration de fours dans le pays…

Blague douteuse à l’image de ce travail qui pourtant, d’un stricte point de vue technique et esthétique est à saluer. Ne serait-ce parce qu’il nous permet de mater de la viande fraîche en toute bonne conscience artistique.

La suite chez Invisible Red

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s